HISTORIQUE DU VOL CIRCULAIRE A MARSEILLE : LE M.A.C.M.


Remontons quelques décennies jusqu'aux origines du VCC dans la région de Marseille. J'ai pu reconstituer ce petit historique grâce aux témoignages de divers protagonistes de l'époque.
Si vous en faites partie et que vous avez des infos à compléter (et surtout des photos) n'hésitez pas à me contacter ! :

ANNÉES 50 :


Au terrain de Lenfant (aux Miles) (années 50), il se créé une section aéromodélisme au sein de l'Aéro Club de Provence d'Aix-Les-Miles.
A la fin des années 50, un terrain est octroyé sur le boulevard Michelet à Marseille.
Le président à l'époque est M. Carmignani.

Voici la copie d'un article datant de 1958 et qui relate une réception en l'honneur de deux marseillais champions de France de l'époque :
Messieurs Charpentier et Maurel.

Peu après, nouveau déménagement sur un nouveau terrain juste derrière le stade.

ANNÉES 60 :


En 1963 la section se sépare de l'ACP et devient autonome. Le club Model Air Club de Marseille est créé (MACM).
Dans ces années, Le MACM connaît sa première apogée avec de nombreux pilotes qui excellent dans les différentes disciplines : team racing 2,5cc et 5cc, accro, combat.
Il y a foule, le dimanche, sur la piste Rousse. Les spectateurs se bousculent pour admirer les évolutions des champions qui s'appellent Maurel, Cimino, Guy Barthelemy, J-C Marconcini, Vincent Porzio, J-F Frugoli, Jean Chapuis, Bigé, Brondel, Giaime…

Le MACM au temps du stade Vélodrome.
Au premier plan, André Nougier (à gauche),
puis Vincent Porzio, Roger Giaime, Gérard Passagio. Au second plan, au centre puis vers la droite : JC Marconcini, Rémi descosse, Guy Barthélémy...


Jean Chapuis, devant, avec son Nobler. Gérard Passagio...
Derrière, JC Marconcini, JF Frugoli, Roger Giaime...





Derrière, à droite, J-F Frugoli.
Vincent Porzio avec le chapeau et la pipe.
Devant, de gauche à droite : Guy Barthélémy - Rémi Descosse.



Une réception à la mairie de Marseille.
En l'honneur de Guy Barthelemy (il tient l'avion) qui avait gagné pour la 2ème année consécutive le championnat de France de voltige.
Parmi les autres, on reconnaît J-F Frugoli, V. Porzio, JC Marconcini. A sa gauche Gérard Passagio et Roger Giaime derrière :






Vincent Porzio devient président du club vers le milieu des années 60, qui est sponsorisé par l'Ent. Cacolac et l'armée de l'air via le cdt Rousset.
Appareil évoluant au milieu des immeubles en construction.


Ambiance et spectateurs tous les dimanches !





Une année enneigée ! (Vincent Porzio)



Quelqu'un se souvient-il du nom de ce pilote ?













Les champions en 1964 sont, avec de g à d Jean Chapuis, Pierre Vrahides, Guy Barthemely. En Bas Roger Marchetti, Remy Descosse :

JC Marconcini (à gauche) avec Jean Félix Cabannes
(sur le terrain derrière le stade)



L'équipe Galaxy au grand complet pour le championnat de France 1967 :







L'épopée Brondel ! Encore un champion !


Christian Brondel (le blond, à droite)faisant voler ses modèles
avec une bande de copains dans la cour de son collège.


Le collège Frédéric Mistral à Marseille.





Déjà à l'époque, les ailes volantes !



Encore dans le collège Mistral.








Avec son Jaguar transformé en Olympus :




Une photo en couleur !







En 1969, le silencieux devient obligatoire.

Années 60 à St Menet :








Suite à des plaintes de riverains à cause du bruit, le club est forcé de déménager à nouveau (à cette époque les moteurs n'étaient pas encore équipés de silencieux).
Dans le milieu des années 60 la mairie construit une piste en dur à St Menet.


L'équipe Galaxy fait les couillons :
Pierre Vrahides (avec son père) et son stuka :


JC Marconcini avec son "impérial" inspiré de l'U2 et Pierre Vrahides avec un modèle italien :



ANNÉES 70 :


Je me souviens très bien des années 70 puisque j'en étais !
Une nouvelle piste en herbe vient s'ajouter à la première, juste à côté.
Cela permet à une discipline en plein essor de trouver un terrain à sa mesure : le combat. Sous l'impulsion de Marco alias Marconcini, cette catégorie bat son plein et attire de nombreux jeunes.

Nous rencontrons souvent nos amis aixois du MACAP lors de concours amicaux.
Eux aussi cultivent la bonne humeur et l'esprit de camaraderie. Les excellents pilotes que sont les frères Josien et Bruno De Saleon dominent la scène aixoise.

Au MACM, les frères Tayeb Gérard et René sont des redoutables compétiteurs raflant tous les trophées partout où ils passent. Je suis le premier moniteur de Gérard mais il me dépasse vite et son cadet lui emboîte le pas !

Marco entraîne nombre d'Aixois et Cannois à sa suite.
Ce gourou de l'acrobatie et du combat adulé par les jeunes est le créateur inspiré de modèles très populaires, simples à construire et faciles à piloter, dont les fameux Stuka, Dewoitine 520, Apache, et Impérial.
Quand à moi, je me disperse un peu trop pour obtenir des bons résultats. Le team-racing auquel je participe, l'acrobatie et le combat, sont des catégories qui supportent difficilement d'être menées de front, à moins de s'appeler Gérard Billon, le champion de France indétrônable des années 70-80, du model air club de Cachan.



La piste de St Menet :
V. porzio au premier plan.



Le collège impressionnant de juges d'acro,
sur la piste en dur de St Menet. Au 1er plan mon père, Louis Jeansoulin :


Moi-même, vers 1968 - 1969. Au sol, le célèbre "Dewoitine" de JC. Marconcini :


Jean-Claude Marconcini, le gourou de l'acrobatie,
termine son "Impérial" aux championnats de France 1972
à Montpellier :


Montpellier 72 : Le team "Marcosystem" de G à D :
Patrick Jeansoulin, Jean Claude Montgrandi, Joël Blanchet, Alain Xamena,
JL Watrigant (en haut), Bruno De Saleon (en haut), JC Marconcini.


M. Couprie, éternelle tête de turc de "Marco" !


Les modèles d'acro faisaient entre 1,45m et 1,55 m,
Par contre, qui se souvient de ce pilote ?


Avec Francis Agu nous formions une équipe de team en 76 - 77 :


Le signore Compostella venu d'Italie, en train de démarrer son Skilat :


Concours de Villefranche-sur-mer. On volait au milieu de la ville ! Impensable aujourd'hui !


Le Tango de Compostella :


Le signore Rossi :


Ici mon "Viking" (plan perso) en construction :


"Le Phocéen" : Mon dernier appareil de vol circulaire :


Yves Fleuriot et son Stuka :




Mon Olympus, en 1971.
L'avion d'acro le plus répandu à ce moment :



Notre président, Vincent Porzio (en blanc),
entouré de ses fidèles. On reconnaît le regretté Michel Xamena (à droite) :


Montpellier 72 : J.C. Marconcini porté par son team !



Le célèbre Stuka de Marcosystem !
Ici le modèle de joeël Blanchet.


Une équipe de lyonnais : Pierre Rousselot et Yves Komorn :


Jean Vignoles
belle construction ! :


Le fameux Skilat de Compostella. Remarquez la taille du volet mobile du stab :


Les juges Tayeb (père), Cantier, Jeansoulin (père) :


Le bel Olympus de Didier Trombetta :


Toujours Compostella :


Le Comet, une extrapolation personnelle du Skilat :



Le "Viking" pesait 1 kg en état de vol pour 1,45 m d'envergure :



Bords de piste...


Le Stuka de Cantier :


Le Yak de Yves Fleuriot :







VIDÉO

Ce document est la copie d'une projection Super-8



1977 - vol circulaire à marseille St menet




Après une dernière apogée vers 76-77 (critérium phocéen), le club commence à régresser. En vérité, c'est le déclin du VCC partout en France, et l'avènement du vol radiocommandé.
Les anciens s'en vont et ne sont pas remplacés. Faute de membres actifs, le club perd ses pistes vers 83-85.

Une époque révolue, certes, mais qui restera à jamais gravée dans le coeur de ses protagonistes.

Patrick Jeansoulin


N'hésitez pas à m'écrire si vous possédez d'autres scans de photos d'époque pour garnir cette page !

Mon adresse (pas de lien à cause du spam, recopiez à la main svp) :